En 2016, la magie se rua à l'assaut du monde, gigantesque tsunami touchant indistinctement tout à chacun, modifiant à jamais un univers qui l'avait relayé au domaine de la fiction. Du jour au lendemain, sans prévenir, des personnes révélèrent des capacités inouïes – les fanatiques de comics se mirent à parler de mutants à la X-Men, les scientifiques d'une potentielle évolution de l'humanité. De nouveaux animaux furent découverts, mutations d'êtres déjà existants, résurgences de créatures qu'on pensait n'exister que dans les légendes. Mais le changement apporta la crainte. Des refuges furent créés pour rassembler ces nouveaux individus. L'un d'eux se nommait Concordia. La suite

dabberblimp"

3 / 11Ouverture du forum

12/12Animations de fin d'année lancées

DateNew - Contenu new

DateNew - Contenu new


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dharles "Solar" Postlethways – Fiche terminée à 100%

 :: Quand on arrive en ville :: Cartes d'identités :: Cartes archivées
Lun 17 Déc - 11:57

DHARLES "Solar" POSTLETHWAYS
  • 21 janvier 1996 (35 ans)
  • Slovénie
  • HÀTF/Super-héros
  • Citoyens
  • Centre-ville
  • Valentina Remenar/Vito Basso

HÀTF : Homme à tout faire. Dharles est une personne qui n'a pas peur d'aider, alors c'est pour ça qu'il s'est fait connaître comme un "homme à tout faire". Il récupère les chats dans les arbres, il aide les suicidaires (dans tous les sens du terme), il fait de la soupe-populaire, et bien d'autres choses. Tant que c'est réglo envers son code moral (même si c'est illégal), il accepte n'importe quoi ! Et cochon comme il est, il pourrait même le faire de bonté de coeur (et sans être payé). N'est-ce pas merveilleux !?
 
Parlons de son "code" !
Qu’est-ce qu’il ne fera jamais ? Les mêmes choses qu’un être héroïque n'oserait jamais faire ! C'est-à-dire :
1. Tu ne mentiras seulement qu’aux vilains (et encore...).
2. Tu ne feras aucun mal à l’innocent ni au malin repentant.
3. Tu ne tueras point une bonne personne ou un criminel qui se repent.
4. Tu aideras le nécessiteux.
5. Tu honoreras et respecteras ceux qui font le bien.
6. Si la loi est bonne et juste, tu pourras et devras la suivre. Sinon, tu es libre d'aller à son encontre pour protéger et servir tes citoyens.
7. Tu amèneras les méchants repentants devant la justice et punira sévèrement les autres.
8. Tu ne voleras que pour le bien.
9. Tu restaureras le bien pour les autres.

Également une liste de ce qu’un être héroïque comme lui ne devra jamais faire :
1. Refuser d’enfreindre l’autorité pour accomplir une bonne action.
2. Ne pas réagir face à un acte maléfique.
3. Suivre la loi ou rester silencieux quand il est préférable de faire le contraire pour un bien plus grand.
4. Commettre un vol ou un vandalisme, à moins que cela ne nuise à une personne ou une cause mauvaise.
5. Causer délibérément du mal à un innocent ou une bonne personne.
6. Ne pas venir en aide à des personnes quand elles en ont besoin.
7. Refuser une chance de détruire ou d’amener à la justice un être méchant.
8. Permettre un acte mauvais. Trahir un ami ou un allié pour une mauvaise raison.
9. Tuer un innocent ou un criminel repentant.
10. Aider les servants du mal. Commettre un acte odieux.
 
Caractéristiques Physiques !
— C'est un homme, aussi bien mentalement que physiquement.
— Il mesure 178 centimètres, pour un poids correct de 70 kilos.
— Il a des yeux marrons et des cheveux bruns.
— Sa main dominante est la gauche.
— Il possède une étrange cicatrise derrière le crâne, qui n'a pas disparu après la découverte de son pouvoir.
— Il porte beaucoup de couleurs et ne semble pas connaître la mode.

Diversités (case-tout) !
— On prononce "Darlz" pour son prénom et Solar-Postlewayz pour son nom de famille.
— Il est verseau, né l'année du cochon.
— En vérité, son nom de Super-Héros devait s'appeler Exion. Mais il a préféré garder "Solar".
— Il est considéré dans les alignements chaotiques comme un "Neutre bon", appelé le "bienfaiteur".
— Il est apógnosisexuel. Une baroque orientation qu'il a découvert lui-même. Du grec « Apógnosi » qui signifie détresse. Étrange comme il est, il n'est pas intéressé par les femmes, les hommes ou tous les autres genres. Non, il a cette particularité de tomber profondément amoureux envers les personnes en détresse (qui requièrent son aide ou non). C'est quelque chose qu'il ne peut pas empêcher, et il doit montrer et prouver son amour pour la personne. Cela lui vaut souvent des complications. Et il se retrouve toujours tout seul.
— Dharles a le sommeil court et répérateur. Il ne dort que six heures par jour, le matin (c'est-à-dire de sept heures à treize heures).

Objectifs dans Concordia !
— Étant donné que Dharles a perdu une grande partie de ses souvenirs, il s'est mis comme but secondaire de retrouver les pièces de son passé.
— Dharles se sent pris d'un destin de super-héros. Il a décidé de protéger la ville qu'est Concordia de la criminalité et de toutes les mauvaises choses qu'elle peut avoir. C'est pour ça qu'il la protège.
— Il rêve d'ouvrir un groupe composé de super-héros, avec le nom de "La Légion des Honneurs". À savoir si un jour, cela arrivera...
— Il a cette envie continuelle d'aider les personnes.

Conditions psychiques !
— L'expérience qu'il a vécu l'a rendu quelque peu disjoncté, depuis, il lui arrive quelques fois d'avoir des hallucinations qui apparaissent. C'est pour ça ou grâce à ça qu'il a une imagination très vive. Il pense qu'elles lui donnent des directions ou des indices. Ces dernières modifient la perception de son environnement et sa manière d'enregistrer des informations.
— Dharles a également perdu une grande quantité de souvenirs, qui l'empêche de se remémorer son passé ou des détails importants de sa vie. Il ne sait plus s'il avait une famille, un frère ou des soeurs, et même des animaux de compagnie. Il se rappelle pourtant de brièves images, d'odeurs éphèmères et familières.
— Il croise souvent "L'Homme de l'espace", l'hallucination principale qui apparait toujours près de lui. Cet étrange personnage ne parle pas. Déguisé en cosmonaute, il n'est pas possible de définir son sexe ni même son apparence. En tout cas, Dharles parle beaucoup de lui, parce qu'il y a quelque chose de familier chez lui qui le met à l'aise.
— Super-héros, mais également torturé par ses choix ou ses futurs choix, il discute souvent avec deux petits êtres miniatures, qui lui donne des conseils et lui permettent, dans les moments les plus troubles, de prendre des décisions.

Dharles est honnête et sincère. Digne de confiance et d’une serviabilité à toute épreuve, il ne trahira jamais personne ni n’essayera de tromper. Ce n’est pas dans son code moral. Il aime la liberté des hommes, du monde, des animaux, et SA liberté. Cela l’empêche de se plier à certaines lois ou idées sociétales du monde, même inconsciemment. Même s’il suit à la lettre ses valeurs et son code, il parait parfois marginal face à la société. Il a un penchant envers la beauté artistique. Ses yeux semblent toujours voir des choses invisibles aux yeux des autres. Dharles est une personne imaginative, créative. Il ne ment que rarement, surtout dans des circonstances où il doit protéger quelqu’un.

Face à l’injustice, il est ardent. Il aime la justice, cela le rend enflammé, imprudent et impulsif. Impartial, mais compréhensif. Chevaleresque également, un peu poire. Car il est trop naïf, aussi un peu crédule. Il est volontaire, comme il a beaucoup de volonté. Volonté à faire le bien, à restaurer le bien et à le protéger. Il fera son devoir avec toute sa force, et sera même capable de grands sacrifices. Il n’aime également pas l’intolérance et la mauvaise foi.

Il est tiraillé par les questions sur le bon et le mauvais, sur l’honnêteté et la loyauté, sur ce qu’il peut faire et ce qu’il doit faire, ainsi que la bonne justice et la mauvaise justice. C’est un combat perpétuel qu’il mène contre ces questions, bataillant avec l’ange et le démon. Ses décisions aussi peuvent le laisser en suspens devant un problème. Il veut prendre les bonnes, les meilleures.

Dharles est un original. Il est haut en couleur. Il possède des comportements étranges, souvent décalé par rapport à la réalité. Étrange aussi. Il a tendance à fabuler dans ses hallucinations, il n’a pas conscience de leur sévérité ni même de leur inexistence. Pour lui, elles sont réelles, elles sont vraies. Il est complètement déphasé du réel. C’est une sorte de psychose qui s’est installée en lui.

Intelligent, mais souvent pas très malin. Il reste sincère et vrai. C’est un joyeux compagnon de société, un bon bavard, comme on dit. Il est attentionné envers ceux qu’il aime et les personnes en danger. Pourtant, c’est un vif, son esprit réagit rapidement, et c’est là qu’il s’emballe au quart de tour. Il a besoin de se sentir utile et de se rendre utile. Mais il va souvent trop vite en besogne.

Il est un bon joueur qui accepte humblement ses défaites les moins importantes. Bien parce qu’il n’a pas d’esprit de compétition.

Particularités
Caractère
RÉGÉNÉRATION SOLAIRE

Dharles peut guérir rapidement de diverses blessures grâce au Soleil (l'énergie solaire). Il est capable ainsi de réparer des os brisés – si remis en place, de régénérer des membres perdus, de reconstruire des tissus, nerfs et organes endommagés.

Pour la régénération des membres, le temps de guérison varie en fonction de la perte (une main, un bras entier, ...) et de la quantité "solaire" qu'il possède. Ainsi, cela peut aller de deux mois minimum à cinq mois, dans les cas les plus graves, il est facilement arrivé que la guérison prenne plus d'une moitié d'année pour se faire. Le pouvoir recrée le membre perdu petit à petit, la régénération semble se faire par étape : os, nerfs, muscles, tissus puis la peau. Par contre, le pouvoir peut se laisser surpasser par la charge de travail et échouer. S'il arrivait que Dharles perde plus d'un membre en même temps, un seul sur les deux guériraient en premier, l'autre aurait une chance de ne jamais se régénérer (à moins de recouper encore par-dessus). Dans un autre exemple concret, le taux d'échec augmentant au fur et à mesure des pertes, Dharles peut facilement mourir s'il venait à se faire couper en deux. Le corps tentant d'abord de recréer des réserves de sang pour le sauver, puis de recomposer son corps arraché, échouant malheureusement à cause du manque d'énergie. La décapitation est un autre moyen radical pour lui enlever la vie, la tête ne pouvant survivre et se rattacher au corps.

Évidemment, pour absolument toutes les blessures – graves ou mineures, leur guérison varie en fonction de la gravité et de la quantité « solaire » que possède Dharles, ou qui se trouve dans les alentours. Seulement pour reconstruire un membre brisé, cassé ou déboîté, ce dernier doit être correctement (re)placé pour pouvoir guérir, auquel cas la régénération ne se fera que partiellement (les nerfs et tissus seront réparés, mais pas les os), et même pourra provoquer des malformations physiques jusqu'à ce que l'os soit remis en place. Ce pouvoir permet à son possesseur d’être dans une bonne forme physique, lui donnant une vitalité impressionnante.

Ce pouvoir le préserve des maladies, agit comme sevrage contre les effets de l’alcool, du poison et d'autres toxines (drogue, anesthésiant, …). Bien qu’il « immunise » le possesseur de ces effets, l’action n’est pas instantanée, étant donné la proportion (dans les milliards de cellules – sanguines ou non) et la localisation interne « des blessures », la régénération demande un temps plus long que pour une plaie physique externe. Ainsi, en fonction de la qualité, de la quantité et de la puissance du produit, le temps de sevrage peut prendre trois heures à douze heures.

Les cellules tumorales sont considérées par l’organisme de l’hôte comme des cellules vivantes, et au lieu d’être guéries, elles peuvent se multiplier, propageant la tumeur dans le corps. Cela peut amener à la fatigue de la personne jusqu’à provoquer la mort, à cause de la sévérité de la tumeur.

Les pouvoirs ou objets annulant la régénération peuvent être utilisé pour blesser ou tuer Dharles. Des objets étrangers empêchent la blessure de se régénérer, pour cela, il faut extraire l’objet. Les besoins nutritionnels du possesseur sont augmentés, cela a aussi un impact sous la rapidité de la régénération et sur sa santé quotidienne. Sa régénération le soigne seulement des maux physiques, tous dégâts mentaux, psychiques, à l'âme ou à l'esprit ne seraient pas guéris.
Capacités
Dharles le Magnifique Tyran Héroïque — Pré-Prologue

21 Janvier 1998 signe la naissance de l’homme qui est connu aujourd’hui comme Dharles Postlethways. Évidemment, cette appellation est erronée.

Dharles, c’est un superhéros. Un mystique, un magicien. Il sauve la veuve et l’orphelin, et le vieillard par moment, dans ses bons jours. Dharles le Magnifique, Dharles le Héros, comme les enfants devaient sûrement l’appeler.

En réalité, Dharles n’était pas un héros, c’était un vilain, un vilain qui a « bien tourné ». Autrefois tyran sans merci, faisant fléchir les plus faibles, il asservissait des nations entières pour son pur plaisir. Mais Dharles le Tyran eut une révélation : personne ne le respectait, personne ne l’aimerait. Ça le détruit. Il décida de changer, par égo ou par manque de confiance. Il n’était plus fait pour être un tyran. Mais comment être le superhéros de l’histoire quand on était le méchant de cette histoire ? Il fallait créer quelque chose de plus effrayant, quelque chose qui ferait oublier les gens. Dans son laboratoire, il créa des monstres horrifiques, les Gnomas, qui répandirent la terreur et la mort.

C’est là qu’il intervint, sauvant les pauvres victimes des Gnomas. La haine qu’éprouvaient les habitants du monde commença à diminuer face à Dharles. Et fut un moment où ils l’appelèrent sûrement Dharles le Magnifique, Dharles le Héros. Mais, éprouvant l’amour de ses pairs, la compassion de son prochain et le respect de son peuple, la culpabilité naquit. Il voulut stopper la création des Gnomas, les siens. Mais rien à faire. L’expérience lui avait glissé entre les mains. Alors, il les arrêterait tous ! Et personne ne saurait la terrible vérité derrière leur apparition. Il sauvegardera l’humanité de la violence de ses créations.

Mais que devint Dharles le Magnifique Tyran ? Comment termina-t-il ?

Postlethways n’avait jamais su qui était le magicien avant, il n’avait lu qu’un seul numéro. Un numéro de BD qui ne montrait que les prouesses menées pas l’ancien Tyran. À aucun moment, il était révélé le stratagème de Dharles, ou sa culpabilité face à sa création. Rien. Il était Héros. Et Postlethways devint Dharles Postlethways, pensant que la bonté de son modèle deviendrait la sienne. S’il savait que la malédiction du « Dharles » s’abattit sur lui. Quelle ironie, car la vie de Dharles le Magnifique Tyran Héroïque continua dans le cœur de Zhon.

Histoire perdue — Prologue

Avant d’être la personne qu’il est aujourd’hui, il était un scientifique, du nom de Zhon Haughts. Il arrivait d’être appelé Zhonny ou Zion, qui se déclinait à nouveau en Sion. La Bible avait tendance à être malmenée entre les mains des scientifiques d’Alétheia Corps.

Alétheia Corps tenait son nom du mot grec « renouveau », et les scientifiques de cette petite, mais fleurissante entreprise avaient tenu parole. Ils inventaient le renouveau. Ils le réinventaient même ! Après l’avoir réinventé encore une fois. N’est-ce pas fou ? Incroyable !? Nous nous emportons… La branche scientifique d’Alétheia, car elle se déclinait en plusieurs petits secteurs, tenait debout grâce à la richesse de ses sponsors : « des fous inconscients de leur propre portefeuille », comme disait beaucoup. Ils étaient des scientifiques recalés par le compère pour leur grand rêve, mais cela n’empêchait pas qu’ils étaient intelligents, très même. Ils étaient d’ailleurs appelés les « Scientifiques de l’extrême ».

Leurs inventions paraissaient, au premier abord, si absurdes et folles que la théorie des platistes, mais une fois révélée au grand public, c’était un nouveau Big Bang qui se propageait. C’est comme ça qu’Alétheia grandit, ce n’était pas grâce aux inventions ingénieuses du secteur de la robotique ou encore celui de la technologie, comme d’autres firmes semblaient progresser dans cette voie, mais bel et bien par la branche scientifique.

Haughts travaillait dans ce secteur, difficilement accessible en réalité. C’était une connaissance de Vanessa Machte qui l’avait fait entrer.

La Zone (ceux qui travaillaient dans cette branche-là d’Alétheia l’appelaient comme ça) était composée de six membres : Vanessa Machte, la dirigeante, celle à la tête des idées (d’une petite partie), des prises de décision et de la mise en essai ou en application des projets ; Marx Dutpe, un ingénieur recalé pour ses idées burlesques, avait toujours de nouvelles inventions en tête, mais 90 % d’entre elles, avec la science de leurs jours, étaient impossible à réaliser ; J.J Progeak, Carri Horke et Dane Grewill étaient le trio le plus connu de l’entreprise, leurs inventions étaient, tout comme leur relation, caractérisées comme inquiétantes, dangereuses et enflammées. À vrai dire, le personnel d’Alétheia était plus curieux de leurs rapports sexuels alambiqués que des dangereuses idées qu’ils leur sortaient par la tête.

Dans tous les cas, Alétheia connut de nombreux bas et peu de hauts. C’était des ascensions rares qui leur permettaient de survivre dans ce monde où la science est rigoureusement observée et critiquée. Ils faillirent même perdre plus d’une fois leurs nombreux supports financiers. Pourtant, le secteur et toute la compagnie finirent par connaître un sort définitif.

Après l’émergence des mutants en 2016, le monde maintenant conscient de la magie et touché par cette dernière, Marx devint complètement fou. Lui, un humain parfaitement normal, n’avait eu aucune chance. Il était resté profondément… normal. Personne ne sut réellement ce qui provoqua le déclic, mais il disparut pendant des journées entières dans ses locaux. Vanessa savait comment il fonctionnait, et il allait réapparaître un beau jour avec une idée folle en tête, qu’elle refuserait (ou non) avec grande chance.

Pendant ce temps, jeune scientifique, Zhon passait ses longues journées libres dans une sorte de paranoïa. Après s’être coupé à l’atelier robotique, il n’arrêtait pas d’être « en pause », regardant pendant d’interminables minutes sa main blessée.

« Qu’est-ce que tu fais à regarder encore ta main Zion ?
— Van, t’aurais pas l’impression que je guéris plus vite ?
— Ne me dis pas que tu commences à te faire une fixette comme Mars ? Ne commence pas, sinon, tu vas disjoncter comme lui. Viens prendre un café avec les trois épicuriens.
— Je dois voir…
— Madame “C’est ma meilleure amie, mais il n’y a rien de plus ?”.
— Un truc comme ça, comment ?
— Je suis ta patronne, je sais tout. »

Cette Madame « C’est ma meilleure amie, mais il n’y a rien de plus » était l’amie d’enfance de Zhon, et ainsi sa meilleure amie, de longue date. Elle était également scientifique, mais contrairement aux personnes d’Alétheia, elle avait réussi sa vie en entrant dans la plus grande boîte de science « Eternal Science Corp », diminué en ESC (puis humoristiquement renommé en Escape). Cette entreprise n’avait absolument, en Slovénie, aucune concurrence directe. Elle était la pièce maîtresse du pays, celle qui pouvait faire des pieds et des mains pour des crédits énormes, à faire tourner des têtes, des achats rocambolesques et autres gâteries qu’un gamin demanderait normalement. Elle était florissante depuis sa création. De nombreuses années, sa meilleure amie, Jeneva Zarha, tentait de le faire entrer. Mais peu importe le nombre de fois qu’elle essaya, il refusa toujours. Sa seule excuse, c’est qu’il n’aimait pas les dates butoirs.

Cela ne l’avait pas empêchée de toujours être fourrée à Alétheia. En plus de pouvoir faire la taupe — sans qu’elle le veuille réellement —, elle pouvait être sûre que Zhon se nourrissait correctement et qu’il prenait soin de lui. C’était une attention touchante que remarquait Vanessa.

Si Zhon semblait avoir toute sa tête, c’est qu’il cachait très bien ses furieuses envies d’essai. Il était beaucoup moins concentré que d’apparence, et même, il était mentalement maladroit. Il lui arrivait de dire des choses qui dépassaient ses pensées, des secrets qu’il n’aurait jamais dû révéler. Enfin, cela n’arriva pas souvent, mais assez pour que Vanessa ne lui dise que le strict minimum. Toutefois, maladroit et peu concentré (surtout parce qu’il manque cruellement d’organisation), il était toujours le premier à réagir sur les lieux, quand un accident (ou un incident) survenait.

Et c’est Marx Dutpe qui provoqua l’élément déclencheur d’une foulée d’événement catastrophique.

La dernière fois qu’il sortit en trombe des locaux de Vanessa, le visage rouge de colère, Zhon se disait sans surprise que son idée avait été ENCORE recalé. À savoir si la cause était une avancée scientifique trop inférieure à sa création ou un autre problème majeur qui empêchait sa réalisation. En tout cas, tout juste sorti de son isolement volontaire, il n’allait pas abandonner ! Marx était bien décidé à la mettre en route : son invention. Dans le dos de Vanessa, il en parla à ses collègues de travail (du moins, au trio d’abord). Il avait développé une machine stimulant assez les cellules pour pouvoir créer « la magie », le pouvoir ! Il lui avait même donné un nom arrogant, appelé « le Créateur ».

Marx, armé de son futur bras droit, Zhon (curieux de savoir ce qu’amènerait cette machine au monde, également aussi à cause du rêve que Marx lui donna), entreprit les premiers essais sur de petites bestioles, comme des souris. Beaucoup (si ce n’est la totalité) de cobayes ne survécurent pas à la charge énergétique de la machine miniature, d’autres moururent peu de temps après à cause de malformations. Des échecs, tous des échecs. Mais chaque essai lui avait apporté un plus, des améliorations. Encore et encore.

Des mois de travail (deux années et demie) pour achever et finalement trouver les calculs parfaits ! Marx, Zhon, comme tous les autres, avait gardé le secret sur la réalisation de la machine. Alors ni le reste des scientifiques ni Vanessa n’étaient au courant des bêtises que faisaient les cinq. Marx, par pure paranoïa, avait même emporté les pièces chez lui et les avait montées dans sa grande demeure pour ne pas être surpris pendant l’élaboration de sa parfaite machine.

Quand le premier sujet animal fut un succès enivrant, il n’attendit pas pour tester sur des humains. Là était le problème. Où trouver des cobayes volontaires ? Marx n’avait pas eu à chercher bien loin. Zhon, pour la surprise générale, s’était proposé volontaire. Il était confiant, la bestiole avait survécu. Alors, lui aussi, il survivrait. Il était dingue, ouais. Sacrément fou pour laisser sa vie entre les mains d’un type encore plus fou ! Mais les longues journées de travail acharnées n’allaient pas se terminer comme ça. Au moins une fois, il s’était dit. Il fallait l’essayer au moins une fois et le prouver au monde qu’elle marchait !

Le trio, avide de connaissance et de sensation, avait été les témoins parfaits pour prouver que la machine de Marx fonctionnait.

Zhon s’installa alors un jour sur « la Chaise », prêt à essayer la nouvelle invention de son collègue, et une fois le levier baissé, l’électricité afflua dans les tuyaux conducteurs. L’expérience ne dura qu’une minute, Zhon avait ressenti des picotements dans les doigts. Il avait au début rigolé, avant qu’elles ne deviennent des brûlures intenses, dévorantes. La joie s’écrasa face à la douleur, à la peur et Marx paniqua. Encore plus quand Haughts perdit l’équilibre sur le sol et ne réveilla plus.

J.J fit les premiers massages cardiaques. Le téléphone de Zhon se mit à sonner et Carri avait décroché, complètement affolée. Les événements s’étaient enchaînés à une allure tellement folle que le trio et Marx s’étaient retrouvés en garde à vue, les menottes aux mains. Tandis que Zhon avait été placé dans un coma artificiel, branché par plusieurs machines pour le garder en vie.

Plusieurs jours après, Alétheia Corps ferma ses portes. Les sponsors fuirent même l’organisation. Les secteurs, les gens, absolument tout disparus. Ironiquement, le matériel avait été vendu pour quelques pennies à ESC. Des milliards d’euros d’équipement et de matériels étaient maintenant entre leur main. Avant d’être finalement récupéré par ESC et être renommé en « Eternal Pride Science Corps ».

Au fil du temps, les événements se résorbèrent chacun à leur manière : le trio reçut six mois de prison fermes et deux ans de mise en liberté conditionnelle, pour complicité involontaire (abandonnant Marx à son sort), tandis que ce dernier se vit jugé pour danger sur personne, ainsi que pour la création d’objets dangereux, il se fit emmener en psychiatrie pendant sept années (qui devait être à perpétuité), avant de s’échapper en y mettant le feu. Ce qui advint de Vanessa, elle se pendit sur un pont d’autoroute, semblait-il qu’elle avait tout perdu.


Date de réveil : Décembre 2030

De 2020 à 2030, bien des choses changèrent. Jeneva disparut de la circulation, une année après le coma forcé de Zhon (qui se termina par un coma naturel). À partir de 2021, il n’eut plus aucune visite et les infirmières présentes purent démontrer qu’il n’était pas un homme normal. Les blessures internes et externes se guérirent de plus en plus, jusqu’à ce qu’il n’y eut plus rien. À cause de ces constatations, il se vit déplacer de nombreuses fois, entre bloc et hôpitaux. Le gouvernement de Slovénie prit la décision de l’envoyer à Concordia, en 3030, tout juste pendant l’ouverture de la ville. Peut-être même que les gens seraient plus à même de le sauver et le guérir.

Puis, un jour, il eut un cri, des portes coulissantes qui s’ouvrent en trombe et un vide à présent vide. Zhon avait pris peur, il s’était enfui de ce lieu dont il n’avait aucune connaissance. Où est-ce qu’il était ? Mais surtout, qui il était ? Avec un comics dans les mains, qu’il avait piqué sur la table de chevet de l’hôpital, il partait à la recherche de son identité. Malheureusement, ses recherches furent vaines.

Mais pas aussi vaines qu’on l’aurait cru. L’amnésique était devenu peu de temps après Dharles Postlethways (ce nom avait été trouvé à cause d’une boîte de pansement pour les enfants : les pansements « Postleways »). Ce sont des murmures qui l’avaient recomposé, qui lui avaient donné une identité, une nouvelle, la sienne.


1 an plus tard.
Dharles est aujourd’hui un nouvel homme. Du moins, il s’est un peu mieux intégré à Concordia et semble nettement moins perdu qu’à son réveil. Il pense qu’il trouvera ici toutes les informations qu’il a besoin pour récupérer la mémoire. Mais c’est un objectif secondaire, qu’il n’accorde qu’un intérêt mineur. Il a décidé d’ouvrir une petite entreprise d’homme à tout faire. Mais son plus grand secret, caché sous un masque de superhéros ridicule, est qu’il est le Justicier « Solar ».
Histoire
Solar Posthlewayser, le justicier des écrits opprimés. Hop-là, c'est Solar Posthlewayser à l'appareil ! Vous savez le type insistant qui a pris le temps de notre chère administratrice pour lui parler d'un personnage un peu étrange, hahaha ! Ravi de faire votre connaissance ! Vous pouvez donc m'appeler, me nommer, me diminuer si vous voulez, comme Solar, ou Sol (Do Ré Mi.... chuuuut ! Faut pas le faire !). Je suis tombé amoureux de ce RPG et j'espère que je me sentirais bien au chaud, en hiver comme en été. J'aime (suprise, surprise !) les super-héros, et surtout les super-héros colorés, que ce soit coloré dans le sens mental, circonstanciel (comme avec le Punisher), ou vestimaire. Comme on dit, plus c'est haut en couleur, plus ça vaut le détour (regardez notre cher voisin de palier : Deadpool). Ma couleur préférée, c'est le rouge, mon chiffre, c'est le 7, ma date, c'est le 13, et ainsi de suite ! J'ai une ferme (je déconne), mais on s'interroge surtout sur "quoi faire avec tous ces animaux ?". Note : C'était un jeu de mot qu'il fallait que je fasse... Hum hum ! Reprenons ! J'ai une vingtaine d'années, assez jeune physiquement mais assez... ah non, j'allais dire (encore) une connerie. En vérité, je suis plein de sagesse, mais je planque, parce que ça fait fuir les passants. Et les passants, c'est important ! Sagesse, mais pas très intelligent (faut bien de tout dans la vie). J'espère que nous nous entendrons tous bien et que nous pourrions jouir de cet amour familial que les communautés ont. J'vous balance beaucoup d'amour, de tendresse et de câlins, et je vous dis à bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Invité
Mar 18 Déc - 21:39
Salut Dharles !

Tu n'as pas du tout épuisé notre temps (oui on est deux admins). Après tout c'est notre rôle de guider les membres et d'être à leur écoute. Le concept du héros auto-proclamé m'a fait beaucoup songer à My Hero Academia : Vigilante et à tous ces individus aux USA qui s'inspirent des héros de comics. Un héros à ses yeux, mais un criminel aux yeux de la loi. Et un personnage qui vient de Slovénie, ça change de ce qu'on voit habituellement.

Je vais juste te demander quelques précisions et menus correctifs pour bien finir d'intégrer Dharles à Concordia.


  • Dharles n'a pas pu entrer à Concordia pour être soigné. C'est avant tout un refuge. Mais Dharles a pu se réveiller dans un hôpital extérieur et être envoyé à Concordia à sa demande (parce que le nom de la ville lui évoque quelque chose, qu'il est persuadé que ses souvenirs sont là bas ou que le nom fait écho au comics dans lequel il s'est projeté).
  • Ses hallucinations entrent en conflit avec son pouvoir de régénération. Les hallucinations visuelles sont soient causées par la drogue, l'alcool ou une maladie touchant le cerveau. Maladie que ne peut pas connaître Dharles grâce à son pouvoir. Ce qu'on te propose c'est de limiter ses hallucinations au fameux duo diable/ange avec un seul qui apparaît à la fois. Il peut très bien après, comme tout à chacun, croire voir quelque chose, une silhouette, une sensation de déjà-vu du fait de ses souvenirs manquants.
  • Pour son pouvoir de régénération, il peut faire repousser des membres et/ou seulement ressouder des os, réparer des plaies ? J'avoue qu'on a pas trop compris. Ressens-t-il la douleur à chaque fois ? D'ailleurs tu mentionnes que tout dépend de la quantité solaire qu'il possède. Dharles ne peut pas être une pile solaire : il doit être en contact avec la lueur solaire (la nuit, il est inefficace). Concernant les tumeurs, je comprends l'idée d'infliger un malus à ton personnage. Mais, scientifiquement, ça reste une formation de cellules étrangères que le corps cherchera à traquer et détruire. Et ça serait contradictoire avec le pouvoir qui peut soigner un membre mais pas une cellule « morte ».


Que ça te démoralise pas, bien au contraire ! Le pouvoir de régénération c'est toujours assez complexe à manier et l'organisme humain aide pas avec ses complications (je sais de quoi je parle, un de mes anciens persos rp avait un pouvoir du genre). Surtout hésite pas si tu as des questions, des suggestions, comme dit plus haut on est là pour aider !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 01/11/2018

Jauges d'évolutions
Expérience : 9
Concordes : 5
Page 1 sur 1
Sauter vers: